Cameroun : La patrie de l’impunité !?

Abus de pouvoir, corruption, chantage ; tels sont les maux qui minent l’Etat du Cameroun. Y-a-t-il un soucis avec le respect des droits Humains? Peut-on accuser les autorités d’agir de façon totalitariste à l’égard de ses citoyens ?

 

Il va s’en dire que la communauté LGBT du Cameroun n’a pas de droit, mais avant tout, ceux qui la constituent sont des citoyens à part entière, qui ont vis a vis de l’État des devoirs et des droits.

Que comprendre au juste face à tous ces phénomènes d’homophobies dont sont victimes certains activistes de la communauté LGBT du Cameroun ?

Des noms mentionnés dans un article en ligne fait état de ce qu’ils auraient été molestés et humiliés à la descente d’un avion en provenance d’Europe à l’aéroport internationale de Nsimalen par les autorités en charge de la sécurité.

Bien entendu, ils semble d’après les informations relayes par un site de défense de droits humains, ils auraient été traités de tous les noms d’oiseau. Cependant comment comprendre qu’un tel évènement soit resté sans suite ? Comment comprendre que les médias qui peinent parfois à vendre leur parution ne se sont pas fais l’écho d’une telle action, notamment au sein d’une zone internationale ?

A t-il manqué un seul instant, des journalistes ou des membres d’ONG au sein de cette zone internationale ?

Il est juste de s’interroger quand on sait que ce vol en provenance de l’Europe ne pouvait guère manquer d ‘activistes internationaux.

De plus à l’ère du numérique, ne serait ce qu’une vidéo aurait été utile pour relayer cet abus de pouvoir si tant est qu’il en ait eu, faut croire que non seulement rien n’a été fait, mais pis rien n’aurait fuitée ?

Comment de telles menaces, sans preuves, ni rien auraient été proférées sans que les uns et les autres ne puissent s’indigner ?

Sur quelles bases reposaient les accusations de l’autorité en charge de la sécurité de l’aéroport de Nsimalen ?

google.fr
Droit pour tous

En plein combat contre la corruption, il aurait ainsi agit sans impunité, menaçant de mort, faisant du chantage ?

Le Cameroun serait-il un « No man Island », « une république bananière » ou chacun peut de part son grade se prévaloir d’agir comme il l’entend ? ou est donc l’Etat de droit ?

Certes, il ne fait pas l’ombre d’un doute, la communauté homosexuelle subit une véritable oppression de la part des autorités, car il va s’en dire que selon les dispositions de l’article 347 bis du code pénal, toutes pratiques d’homosexualité est condamnée de 5 ans de prison et d’une amende de près de 200.000fcfa. Au Cameroun, l’homosexualité est pénalisée, pas moyen d’affirmer sa « gaytitude ».

Dans un lieu public, comme un aéroport, cela aurait value, que l’on soit pour où contre, que l’on s’indigne. Indignation qui n’aurait pas manqué de susciter un véritable intérêt non seulement sur la toile tout comme sur la place nationale.

Aujourd’hui il s’agit de présumés homosexuels, demain à qui sera le tour ? Qui sera la prochaine victime d’injustice de la part des autorités ? ce peut être, vous ,moi, un citoyen lambda.

En effet, le Cameroun revendique son homophobie, au nez et à la barbe de tous, il est tout a fait clair que nous sommes dans un pays de droit, et un pays souverain, autrement dit nous ne subissons de la part de l’extérieur aucune pression. Mais face à un tel incident, il y a de quoi s’interroger sur le silence qui règne à propos de cet évènement.

Tout compte fait, il ne s’agit pas de nier, ou encore de remettre en question ce que cet activiste et ses amis ont subit, mais nous sommes en droit de nous interroger sur le silence assourdissant et de nos médias et de la toile, pis de l’absence de réaction d’activistes Camerounais. Quand il s’agit d’une histoire de « pédés », Il ne manque pas soit d’être classé au fait divers, soit de faire la une ; une chose est sûr c’est qu’on en parle.

Que font les activistes  sur les réseaux sociaux? Pourquoi ne relaient ils pas cette information ? Est-ce tellement vulgaire et commun qu’il n’y a pas lieu de s’y intéresser ? Le constat est celui la, c’est le silence.

Un tel silence jette du doute, laisse songeur, si la communauté LGBT s’accommode de tels actes qualifiés d’homophobes, il y a lieu de croire que le combat par elle menée jusqu’ici ne sera jamais gagné. Un communiqué c’est bien, s’insurger, s’indigner c‘est encore mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s