DROIT POUR TOUS

Comment comprendre une violation? Quelle est la nature d’une violation? Que faire pour amener les uns et autres à renoncer les violations ,les abus dont ils peuvent en être victimes? c’est à cela que s’efforcera de répondre GLOBAL INITIATIVES FOR HUMAN RIGHTS,lors d’une rencontre d’échanges riches et fructueuses.

 

Dénoncer les violations des droits humains auprès d’OBC (ndlr organisation à base communautaire) pour permettre une meilleure documentation, tel est en substance l’objet de l’atelier de formation qui s’est tenu dans la ville de douala du 19 mars au 20 mars 2016, dans un hôtel de la place.

 

Cet atelier rentre dans le cadre du projet lancé par GLOBAL INITIATIVE FOR HUMAN RIGHTS qui consiste à outiller les défenseurs de droits humains sur les outils tels que le plaidoyer, la documentation, la protection et la sécurité entre autres pour mieux défendre les victimes de violations de droits humains.

IMG_20160319_124230

Dans une société où les violations sont recensées en grand nombre, il est important pour la trentaine de participants ayant pris part à cet atelier de consolidation et d’harmonisation des capacités de surveillance, de savoir documenter les cas de violences afin de pouvoir mener au près des personnes cibles, un véritable plaidoyer.

 

Il faut noter que le plaidoyer a pour but de changer les opinions d’une société sur un sujet donné, en l’occurrence sur la question des droits des LGBTI au Cameroun.

Il est un fait que l’on ne saura davantage nier, il existe bel et bien au Cameroun une communauté homosexuelle victime de violences de la part des autorités Etatiques sous-entendu par la police, les autorités et par les acteurs non étatiques (ndlr familles, etc.). Or quel est le rôle de l’Etat si ce n’est d’empêcher les violations et abus des droits humains en respectant tout simplement la loi et en s’abstenant de violer les droits, ce en respectant et protégeant les citoyens de tout bord.

 

Il va s’en dire que, les choses ne vont pas en s’améliorant quand à la situation des LGBTI au Cameroun. Selon un participant L : «  les motifs d’accusations de la part des acteurs étatiques à l’endroit des LGBTI ont changé, dans la mesure où ils savent qu’ils ont la possibilité d’être défendu par des avocats. Alors ils évoquent des motifs mensongers tels que la pédophilie ou le vol ».

 

La documentation trouve donc ici toute son importance dans des environnements hostiles. Mais il peut en effet arriver que ladite documentation ne soit pas efficace ou encore moins une solution au problème qui se pose, cependant il est et demeure important pour les activistes de documenter dans un but de sensibilisation afin de faire respecter le droit.Dans un environnement hostile, il est nécessaire de tenir compte de la sensibilité et de la culture des uns et des autres.

IMG_20160319_142520_599

Tout au long de cette formation, les participants, ont pu échanger sur un model d’outil de documentation qui constitue l’élément clé de la documentation permettant d’avoir des informations en rapport aux violations des droits humains. Et de cet échange, la question de la confidentialité et de la sécurité des informations lors du remplissage de la fiche n’a pas manqué de refaire surface.

 

Il y a une nécessite absolu de la protection de la victime car, de nombreuses ONG notamment comme le REDHAC ont connu des cambriolages, et pour éviter que des personnes soient mises en danger, chaque association par la bouche de ses participants doit opter pour une codification et une sécurisation des données très pointues.

 

Le Cameroun serait-il liberticide ? De nombreux rapports dénoncent en effet les violations qui y sont faites, et avec le temps rien ne semble changer d’après les différents rapports provenant d’organisations internationales tels que HUMAN RIGHTS WATCH.

 

Il est nécessaire de dénoncer toutes les violations pour faire changer les choses, car les droits humains c’est pour tous et non pour une catégorie d’individus. Il est donc important d’agir, de relever chaque défi malgré le rouleau compresseur qu’est l’ETAT et bien entendu créer un changement au sein de la société.

 

Les familles, l’entourage demeurent en grande partie le berceau de toutes le violations des droits humains. Les victimes de cet acteur non étatiques sont plus nombreuses que celles venant de l’acteur étatique ; car qui fournit les victimes ?c’est bien toi moi, l’autre, cet entourage qui du tout au tout viole, annihile l’autre et lui refuse de jouir de ses droits.

 

En clair, une bonne documentation nécessite de la précision, de la concision pour éviter à tout défenseur d’être décrédibilisé. Le doute n’étant guère permis. Les faits doivent être sacrés.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s